Accueil » Comment financer son projet ?

Comment financer son projet ?

Parmi les freins régulièrement cités par les femmes se lançant dans l’entrepreneuriat, les difficultés rencontrées lors du financement des projets sont régulièrement évoquées. Si les crédits sollicités par les porteuses de projet sont en effet deux fois plus souvent rejetés que ceux des hommes, des alternatives à l’emprunt bancaire existent. Découvrez un panorama des solutions qui s’offrent à vous pour financer votre projet.

Les voies classiques de financement d’une création d’entreprise

Traditionnellement, un entrepreneur ou une entrepreneure dispose de plusieurs options afin de financer son projet de création d’entreprise. Différentes modalités de financement s’offrent à vous lorsque vous vous lancez dans un projet entrepreneurial. Les options pour financer votre projet de création d’entreprise, en dehors de l’investissement financier personnel, peuvent prendre la forme de fonds propres, d’investisseurs au capital ou encore d’emprunts.

Financer son entreprise grâce aux fonds propres

Tout d’abord, les fonds propres. À la disposition de l’entreprise, ces capitaux de départ sont constitués des apports de l’entrepreneur/entrepreneure et des associés (s’il y en a), c’est-à-dire l’épargne personnelle du ou de la créatrice, ainsi que des prêts d’honneur. Ces derniers étant octroyés à titre personnel, le ou la créatrice pourra décider d’injecter ces fonds issus d’un prêt d’honneur dans la société soit en fonds propres en tant qu’apport personnel, soit en compte courant d’associé, le prêt d’honneur pouvant alors être assimilé à des quasi fonds-propres vis-à-vis des autres financements sollicités.

La région Sud PACA met également à la disposition des entrepreneurs et entrepreneures le FIER, pour Fonds d’Investissement pour les Entreprises de la Région, un dispositif d’aide et d’outils au financement d’un projet ou d’une entreprise.

Pour information : le prêt d’honneur est un prêt sans intérêts ni garanties ni cautions personnelles à destination des créateurs et repreneurs d’entreprise, et également des dirigeants d’entreprise qui ont pour projet le développement de l’activité. Ils sont accordés après présentation et étude d’un business plan solide et convaincant. Ces prêts d’honneur sont octroyés principalement par Initiative France et Réseau Entreprendre, deux réseaux nationaux. Ils varient entre 3 000 et 50 000 € et jusqu’à 90 000 € pour les projets innovants selon les organismes, avec un montant moyen prêté par Initiative France de 9 700 € et de 29 000 € par Réseau Entreprendre. D’autres acteurs sont susceptibles de fournir des prêts, tels que le groupe RAISE dédié à la finance engagée et responsable ou l’Adie (Association pour le droit à l’initiative économique).

Un conseil concernant les prêts d’honneur : Étant donné que le prêt d’honneur sera remboursé directement par le créateur et non pas par l’entreprise, il est intéressant de l’injecter plutôt en compte courant d’associé. Le créateur pourra ainsi se faire rembourser son compte courant par la société tandis qu’il remboursera lui-même son prêt d’honneur. Il évitera ainsi de s’octroyer une rémunération pour le remboursement du prêt qui serait assortie d’un impôt sur le revenu et de charges sociales.

Faire entrer des investisseurs au capital

Enfin, les emprunts représentent une troisième option dans le financement d’un projet entrepreneurial. L’argent prêté peut alors provenir de différents acteurs :

  • De business angels intéressés par le potentiel de croissance de l’entreprise ;

  • D’actionnaires professionnels que sont les fonds d’investissement ;

  • De particuliers ayant participé à des opérations de crowdfunding.

Réaliser des emprunts

En tant qu’entrepreneur/entrepreneure, vous pouvez également avoir recours à des investisseurs pour porter votre projet entrepreneurial. Les levées de fonds sont l’occasion d’accroître les ressources financières de l’entreprise, en contrepartie d’une participation au capital d’investisseurs extérieurs privés ou publics. Les fonds peuvent provenir :

  • Les réseaux bancaires traditionnels ;

  • Les organismes de micro-crédit, généralement des acteurs associatifs comme l’Adie ou comme la micro-banque Créa-sol ;

  • D’autres entreprises (selon certaines conditions) dans le cadre de prêts interentreprises ;

  • Les plateformes de financement participatif, type crowdfunding.

Les dispositifs de financement spécifiques à l’entrepreneuriat au féminin

L’accès au financement représentant parfois l’un des freins à l’entrepreneuriat au féminin, des organismes et dispositifs spécialement destinées aux entrepreneures existent.

Bénéficier de programmes dédiés aux femmes entrepreneures

Concernant les prêts bancaires, le dispositif Garantie ÉGALITÉ Femmes de France Active destiné aux femmes entrepreneures en création et reprise d’entreprise permet un accès facilité aux crédits bancaires afin de financer leur projet entrepreneurial. Le prêt garanti doit avoir pour objectif le financement des besoins en investissements et du besoin en fonds de roulement. La garantie couvre au maximum 80 % du montant du prêt, dans la limite de 50 000 €. La demande de Garantie ÉGALITÉ Femmes s’effectue auprès de l’antenne locale la plus proche de l’association, France Active PACA pour la région Sud. En somme, France Active met à la disposition des entrepreneures un accompagnement et des conseils financiers, un soutien dans les relations avec les banques, un réseau d’acteurs économiques et sociaux locaux dédiés et des financements adaptés aux problématiques financières rencontrées.

Le réseau national Réseau Entreprendre a également créé Wom’energy, programme spécifiquement dédié à d’entrepreneuriat féminin, afin d’encourager les démarches entrepreneuriales féminines et de soutenir les cheffes d’entreprise des débuts des projets aux phases de développement et de croissance, et cela grâce à un accompagnement de paires à paires et un prêt d’honneur compris entre 15 000 et 50 000 €.

Se tourner vers des organismes engagés dans l’entrepreneuriat au féminin

Parmi les réseaux bancaires traditionnels, la Caisse d’Épargne et la BNP Paribas se distinguent par leur engagement à propos de l’entrepreneuriat au féminin.

La Caisse d’Épargne est identifiée parmi les établissements financiers les plus mobilisés pour l’indépendance des femmes et leur autonomie financière. Elle est engagée spécifiquement dans l’accompagnement et le conseil de dans l’entrepreneuriat au féminin depuis 2006. La banque coopérative a renouvelé son engagement en signant un accord-cadre 2021-2023 afin de favoriser le développement de l’entreprenariat – création ou reprise d’entreprise – chez les femmes, et cela en partenariat avec ministère chargé de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Égalité des chances, aux côtés de Bpifrance.

Le groupe BNP Paribas est également impliqué, en témoigne les mots de Marguerite Bérard, Directrice de la Banque Commerciale en France de BNP Paribas : « Chez BNP Paribas, nous avons la conviction que l’entrepreneuriat féminin est un moteur pour l’innovation et l’emploi, et donc un levier de croissance. C’est pourquoi nous contribuons depuis de nombreuses années à l’éclosion et l’accélération des projets des femmes entrepreneures ». Le dispositif ConnectHers by BNP Paribas agit sur l’écosystème des femmes entrepreneures et leur permet d’accélérer le développement de leur entreprise. De plus, en partenariat sur le programme d’accompagnement The Galion Projet, BNP Paribas offre également aux entrepreneures un accès facilitateur à la Tech.

Enfin, hors secteur bancaire, il est possible de mentionner le collectif Sista, et ses volets dédiés aux entrepreneures et aux investisseurs, avec pour objectif affiché de réduire les inégalités de financement entre femmes et hommes entrepreneurs. Si l’ambition de Sista est d’abord de « constituer une communauté forte et outillée de femmes fondatrices pour leur permettre de s’appuyer sur la puissance du collectif, et d’être épaulées par un écosystème d’allié.e.s », la visibilité donnée aux projets et la mise en relation avec les acteurs clés que sont les experts et les investisseurs, et notamment le fonds d’investissement SISTA Investor Allies, permettent de faire avancer les projets d’entrepreneuriat féminin.

S’entourer de business angels féminins

S’agissant des réseaux de business angels, il est notamment possible de citer Femmes Business Angels et LEIA Capital, deux réseaux entièrement composés de femmes entrepreneures. Si l’association Femmes Business Angels rassemble 150 femmes et fait de la « féminité assumée mais non exclusive » son mantra, en finançant des projets autant portés par des hommes que par des femmes, la quinzaine d’entrepreneures de LEIA Capital concentrent leurs investissements uniquement dans les projets portés par des femmes soit en tant que fondatrice, soit en tant que co-fondatrice.

Participer à des concours dédiés aux femmes entrepreneures

De nombreux concours mettent l’entrepreneuriat au féminin au cœur de leur événement. Ils sont l’occasion pour les porteuses de projet et créatrices d’entreprise de présenter et défendre leur projet auprès de professionnels, de bénéficier de la notoriété de ces événements pour diffuser leurs idées et de peut-être remporter les prix destinés aux lauréates.

Quelques exemples de concours à destination des femmes entrepreneures : Be a Boss awards, Business O Féminin Award, Business With Attitude, Cartier Women’s Initiative Awards, Les ambitieuses, Les femmes de l’économie, Les Trophées de l’Entrepreneuriat Au Féminin, Le prix des Entrepreneuses by Force Femmes… et évidemment le concours de pitch d’Ose ! Le Cercle Business des Entrepreneures.

Les conseils de notre expert CCI Conseil & Finance pour un projet de financement réussi

Quels que soient les dispositifs, organismes et partenaires que vous choisissez pour financer votre projet entrepreneurial, quelques éléments restent incontournables. Découvrez les conseils de Guillaume Lagorce, expert Finances pour bien construire votre projet et vos demandes de financements.

Tout d’abord, pour réussir l’étape du financement, deux documents sont essentiels et leur réalisation doit être maîtrisée :

D’une part, le business plan présente la nature du projet, l’équipe et son expérience, l’environnement du projet tel que le marché et la concurrence, ainsi que la stratégie de développement. Il reprend également les flux de trésorerie. Pour être convaincant, ce document doit se caractériser par son exhaustivité et par la clarté des informations qu’il présente. L’étude de marché doit être détaillée et explicite, et ne doit pas être trop succincte ou théorique.

D’autre part, le business plan chiffré est généralement un document Excel qui traduit en chiffres le projet, sur environ sur 3 à 5 ans. Composé des hypothèses de revenus et charges permettant d’établir des comptes de résultats et flux de trésorerie prévisionnels, ce document doit donner de la visibilité à votre projet. Il doit présenter des éléments réalistes, et être plutôt conservateur sur les hypothèses formulées : mieux vaut dépasser les objectifs fixés, que décevoir les financeurs ! Le business plan chiffré doit montrer clairement où et comment vous souhaitez emmener la société que vous êtes en train de créer, ainsi que comment vous projetez d’utiliser les ressources sollicitées. N’hésitez pas à vous faire accompagner, notamment par les experts Création & Reprise de la CCIAMP ou encore par les membres de l’IRCE (Institut Régional des Chefs d’Entreprise), qui vous aideront à formuler les hypothèses les plus justes et à améliorer votre projet.

Découvrez également quelques conseils pratiques pour convaincre au mieux vos futurs financeurs :

  • Ayez un discours clair et montrer la cohérence de votre projet.

  • Faites preuve de transparence, notamment concernant l’équipe et les dirigeants et dirigeantes. Insistez sur leurs personnalités, qualités et aptitudes à gérer le projet.
  • Soyez prête à vous faire challenger ! Et restez à l’écoute des retours et conseils que vous pourriez recevoir.

  • Anticipez les questions techniques et soyez capable de répondre clairement aux interrogations qui seront exprimées. Pour cela, n’hésitez pas à vous faire accompagner et à préparer les rendez-vous en amont !
  • Dans la mesure du possible, ayez un apport personnel significatif, qui rassurera les investisseurs.

Vous avez à présent toutes les clés pour réussir au mieux le financement de votre projet. Il ne vous reste plus qu’à oser !